mardi 20 janvier 2009

...s'embrasser...

...où on veut, comme on veut et quand on veut!

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis et en l'occurrence il a bien fait...


Le maire de Guanajuato, dans le centre du Mexique, qui avait décrété la semaine dernière l'interdiction des baisers passionnés en public, a abrogé cette mesure et décidé lundi de baptiser sa ville "capitale du baiser".

"A partir d'aujourd'hui, Guanajuato est la capitale du baiser, et nous allons lancer une campagne pour faire venir les gens et leur démontrer qu'il n'y aura pas de sancton contre les couples qui s'embrassent", a déclaré à la presse le maire, Eduardo Romero Hicks.
M. Romero s'était attiré les foudres de ses concitoyens et de son propre parti conservateur, celui du président de la République, en décrétant cette interdiction assortie d'une peine pouvant atteindre 36 jours de prison et une amende de 1.500 pesos (100 dollars, 80 euros environ).

La décision avait d'autant fait scandale que la ville est renommée dans le pays pour sa "Ruelle des baisers", où la coutume veut que les couples qui s'y embrassent gagnent sept ans de bonheur.

Le maire avait reculé d'un pas vendredi, en annonçant, dans ladite ruelle, que les baisers en public resteraient autorisés. L'interdiction, avait-il précisé, ne viserait que les "étreintes où les parties intimes se touchent" ou "quand on commence à dégrafer les vêtements", ce qui constitue "un attouchement obscène", selon lui.

Le Parti de la Révolution démocratique (PRD), formation de l'opposition de gauche, avait dénoncé une atteinte à la liberté individuelle et annoncé son intention d'organiser un "marathon de baisers" dans la fameuse ruelle.

Source : yahoo.fr

S'il avait attendu le 14 février, je suis certaine que ça aurait encore eu plus d'impact...

3 commentaires:

Homo Sapiens a dit…

Si podemos!

Beo a dit…

Et si les touristes affluaient d'ici le 14 février... on croirait à une bonne idée marketing?

N'importe quoi ce maire!

E. a dit…

Surtout qu'au Mexique tout va bien et il n'y a rien de plus urgent à prendre comme mesures...