jeudi 18 février 2010

...2.9.

C'est, d'après une étude récente, le nombre moyen de livres lus chaque année par un(e) Mexicain(e). C'est vraiment très peu. A titre de comparaison en France c'est de l'ordre de 11. Et un tiers des Mexicains interrogés a avoué n'avoir pas lu un seul livre lors des 12 derniers mois... Bien sûr le niveau de développement, d'éducation moyenne etc etc ne sont pas comparables (ne pas oublier que 10% de la population adulte est analphabète) mais ces chiffres ne font que confirmer ce dont je me doutais déjà: les Mexicains ne lisent pas. D'abord (et c'est probablement à la fois une cause et une conséquence) les livres sont chers. Je comprends bien que pour beaucoup ce soit un luxe. Mais il y a très peu de bibliothèques (à Aguascalientes je n'en connais qu'une même si j'imagine qu'il en a plus...). Rien à voir avec le nombre de bibliothèques que l'on pouvait trouver à Plano, Texas.

Dans les écoles il n'y a pas non plus de bibliothèques dignes de ce nom comme on pouvait en trouver une dans l'école de mes enfants au Texas. Et pour encourager le goût de la lecture en général on impose aux élèves de faire des résumés de lecture... Tapés, illustrés et reliés. C., avant de retourner aux Etats-Unis, associait la lecture à cette forme de punition. Et n'a vraiment commencé à aimer lire que lorsqu' elle a eu accès à des centaines de livres parmi lesquels elle pouvait choisir celui qui lui plaisait, dans la langue qu'elle souhaitait (anglais ou espagnol), le lire dans le temps qui lui convenait, ne pas le finir s'il la barbait et éventuellement gagner une gomme ou autre petit cadeau en répondant au questionnaire facultatif proposé par la bibliothèque de son école... Entre la carotte et le bâton elle a vite choisi... Mais ici ils en sont restés au bâton. E' qui lui n'a connu que la lecture à la mexicaine n'aime pas beaucoup lire. Et je suis presque certaine que les adultes mexicains ne lisent pas à cause, entre autres, des souvenirs pénibles de lectures scolaires imposées.
En plus il y a peu de librairies dignes de ce nom: jusqu'à il y a 2 ans il n'y en avait même pas du tout à Aguascalientes. Depuis s'en est ouvert une mais j'ai du mal à comprendre comment elle peut fonctionner: les livres y sont tous vendus sous plastique et très souvent il n'y a même pas d'exemplaire de "démonstration". Et ils sont empilés sur des grandes tables, sans classement apparent (ou alors je suis passée complètement à coté...). Bref un espace froid, impersonnel désagréable qui ne donne pas du tout envie d'acheter. Et n'imaginez même pas pouvoir comme chez B*rnes&N*ble pouvoir siroter votre cappucino dans un fauteuil en feuilletant votre dernière trouvaille... Cette librairie très comparable à un Wal*mart: on y trouve en général ce qu'on est venu y chercher mais on a hâte d'en ressortir! Et encore je crois que personnellement je préfère Wal*mart: au moins il n'y a pas une vendeuse qui me souffle dans le cou!

7 commentaires:

Anonyme a dit…

11 pour la France ça me paraît beaucoup, à moins que les chiffres que tu possèdes soient en béton. mais bon je peux me tromper. reste aussi à savoir ce qu'on met sous l'appellation livre car le papier ne refusant pas l'encre on peut trouver sinon dans des librairies du moins dans des points presses un bon nombre de ces publications pour lesquelles il faudrait d'urgence trouver un autre nom.C'est peut-être avec çà qu'on arrive à 11 Alf01

Mimi a Houston a dit…

A moi aussi ca parait beaucoup 11 pour la France, je pencherais plutot pour 3 ou 4 selon mes souvenirs. Mes enfants decouvrent la lecture a la Francaise: toute petite bibliotheque a l'ecole, lecture du meme livre que toute la classe et travail academique dessus. pour la culture generale, c'est super, pour le gout de lire, ca ne marche pas du tout :-(

E. a dit…

@ Alf 01: si j'en crois ce sondage j'etais meme en dessous de la vérité: c'est en fait 16 livres par an en moyenne

www.pratiquesculturelles.culture.gouv.fr/08resultat_chap6.php

@ Mini: j'ai, à te lire, la sinistre impression que les méthodes françaises sont beaucoup plus proches des méthodes mexicaines que des méthodes américaines :-(

Ô. d'Evian a dit…

11, c'est presque un par mois, ça me semble beaucoup aussi.
Effectivement, ça dépend aussi de ce qu'on entend par livre (Tolstoï ou/et Dan Brown).

Je lis moins que lorsque j'étais étudiant, mais un de mes petits plaisirs reste tout de même d'aller fouiner dans les librairies. :) J'aime le contact avec le papier et l'encre et je ne suis pas emballé par la tablette électronique de la Pomme.

E. a dit…

Moi je suis passée au livre électronique et je ne regrette pas du tout car vu l'offre ici...Mais c'est un vrai livre électronique avec de l'encre électronique qui ne fatigue pas les yeux. Je ne me verrais pas du tout lire un roman sur un écran comme celui de la serviette ;-)

anahita a dit…

je suis tout à fait d'accord avec ton post,c'est vraiment terrible,ici aussi pas de bibliotheque ou plutot une avec qqs vieux bouquins tout tristes,2 librairies et des livres chers,pas de bibliotheque à l'ecole...
mais il y a le role de la famille aussi,les parents pourraient donner le gout de la lecture à leurs enfants malgré tout.Mais on dirait que ça fait pas partie des priorités dutout.

E. a dit…

Je trouve ça triste :-(