mercredi 16 janvier 2008

..."coolitude"!

C'est vraiment trop dure la vie d'une préado. Je ne m'en souvenais pas mais franchement je me demande comment j'ai fait (et mes parents...) pour survivre.

Vous ne vous en rendez sûrement plus compte (ou alors pas encore...) mais il faut être cooooooool.

Personne ne
sait exactement ce qu'est la "coolitude". C'est une notion mal définie et pour le moins fluctuante. Mais selon C. elle comporte 4 degrés: les "super-cools", les "cools", les normaux (ou "pas-cools") et les "super-pas-cools" (encore appelés ici "rechas" j'imagine de "rechazar": repousser, rejeter...).

- Les "super-cools" c'est bien simple ce sont ceux dont les parents, pour une raison ou pour une autre, les laissent faire absolument tout ce qui leur plait. Ce sont dans leur grande majorité des garçons . En général (mais C. connait au moins une exception) ce sont des cancres.
-Les "cools" ont une certaine aura sans cependant bénéficier des libertés accordées aux "super-cools".
-Les "pas-cools" sont ceux qui voudraient bien mais n'y arrivent pas. Ils sont les plus nombreux. Le troupeau quoi ;-)
-Les "rechas": pas la peine de s'y attarder, leur cas est désespéré...Ils sont mal fringués, sortent peu etc.

Ma fille, après enquêtes auprès de ses copains (et même auprès de ses ennemies qui sont, sur ce sujet, de bien meilleures conseillères) fait partie, à son grand dam, des "pas-cool". Elle évite les "rechas", c'est déjà ça. Mais elle aimerait bien (on la comprend) passer dans les "cools". Elle est lucide elle sait que le groupe des "super-cools" est hors d'atteinte...rien que par le fait que je ne la laisserai jamais chatter jusqu'à 11 heures du soir!

Mais il ne faut pas croire qu'on change de statut comme ça du jour au lendemain sauf cas exceptionnel (T. est ainsi passé, après la mort de sa mère, de "pas-cool" à "super-cool" en moins d'une semaine mais bon, si on peut on va éviter....). Déjà il faut bien choisir ses copains. La meilleure amie de C. étant "pas-cool" aussi (mais d'après C. c'est volontaire, elle refuse d'être cool, ce que ma fille ne comprend pas) ça ne l'aide pas. Heureusement pour C., elle est aussi très copine avec une "super-cool" ce qui, sans doute, lui a évité l'infâme R de "recha"...Curieusement elle pense que son statut de "francesita" n'a pas beaucoup d'influence alors que pour son frère il fait tout. Ah oui parce que le grand malheur de C. est que son frère lui est coooooool, voire même "super-coooool" auprès de ces dames. Mais bon comme elle dit la "coolitude" en segundo ça n'a rien à voir. Et comme en plus la "coolitude" de son frangin ne lui rejaillit pas dessus....

Je sens que vous allez me poser la question, comme je lui ai demandé: "A quoi ça sert d'être cool?"

Si j'ai bien compris, mais je suis sûre que ce n'est pas le cas, à pas grand chose!
A être invitée à des fiestas cools (elle est allée à la plus cool des fiestas de l'année!), à aller au cinéma avec des gens "cools" (d'accord la dernière fois c'était avec des "rechas" mais finalement ça ne change rien à la qualité du film...) et surtout à être au courant de toutes les rumeurs et de tous les ragots.... Rigoureusement inutile donc totalement indispensable, of course.Vous me direz que c'est normal que je ne comprenne rien parce que moi j'étais "super-pas-cool" à son âge (mais je me suis coolisée avec le temps ! )

Pour l'instant sa "non-coolitude" la perturbe un peu mais sans plus. Elle m'a dit qu'elle allait tenter d'améliorer ça Déjà elle a dépensé tout son argent de poche en fringues cools et a réussi à obtenir un téléphone portable pour Noel...Si avec ça elle ne change pas d'échelon d'ici la fin de l’année! ;-)
Et puis il y a toujours la solution extrême: dégotter un boy-friend "super-cool". Mais quelque chose me dit que là, c'est son père qui ne va plus l'être, cool...


PS: Je précise que ce billet a reçu l'imprimatur de ma fille. C'est pas cool, ça?

10 commentaires:

laurange a dit…

Elle a raison sa copine. Refuser d'appartenir aux troupeaux des cools, et ne pas vouloir rentrer dans le rang, ça c'est super cool...

bluelulie a dit…

Puree! je ne me rappelle pas a avoir eu autant de "classes sociales" durant mon adolescence. Fumeur, non fumeur peut etre :P. Cela doit etre le contiment americain qui veut cela, la pression est quand meme plus forte qu'en Europe, je trouve.

t. a dit…

La France est vraiment une societe de classes, et je crois sincerement que ce n'est pas mieux qu'aux ameriques. Moi j'ai un souvenir assez negatif de ces annees la, toujours le c.. entre deux chaises, entre les super cools et les moyen cools (comme C. je m'evertuais a ignorer les vraiment pas cools, c'est ca la survie). Puis, il y a finalement eu une petit prise de conscience (ca viendra surement ) et la rebellion intellectuelle des dernieres annees de lycee. Finalement, jouer a l'intello pas cool avec son propre petit clan, c'etait ca d'etre super cool. La coolitude extreme dans le rejet de la coolitude . . . c'est pas beau ca ;)

E. a dit…

@ Laurange et T.: le troupeau c'est surtout les "pas-cool";-) Et si je suis assez d'accord avec vous sur le fait que le rejet de la coolitude est cool ça demande une maturité que C. a pas même 12 ans n'a pas. C'est, à mon avis plus une réaction d'ado de 15/16 ans. En plus je soutiens assez C. dans sa recherche de la "coolitude" parce que ça compense un peu sa "différence" qu'elle a parfois du mal à vivre. Enfin quand je dis que je la soutiens faut pas pousser non plus: c'est seulement tant que ça n'interfère pas avec mes principes éducatifs! Je pense comme T. qu'une fois cette période ingrate passée elle utilisera à son avantage cette "différence" que ça soit cool ou pas. Un peu comme elle le faisait plus jeune!

@ Bluelulie: moi je me souviens de trois classes: les "pas-cools", le troupeau et les cools...
C'est vrai (mais je pense que c'est lié à l'école privée) que la pression est assez forte.

estelle a dit…

Je suis tellement heureuse d'être adulte !! Tant pis pour les factures !! Ces histoires de coolitude c'est vraiment trop dur. Je suis en train de lire un super roman, que je te recommande chaudement, à ce sujet, ça s'appelle "Prep" et c'est justement l'histoire d'une ado de 14 ans dans une école privée. C'est merveilleusement bien écrit, ça me replonge dans mes années collège et lycée où je n'étais pas cool ;-) J'ai longtemps cru que c'était super d'être cool et que ça facilitait la vie jusqu''au jour où, après le lycée, j'ai découvert qu'une fille "cool" était devenue anorexique... Les gens cools aussi ont des soucis... Bonne chance à ta fille, c'est pas une période facile !

alf01 a dit…

Il me souvient du temps de Sup de Co où tu nous disait que les pas cool du tout étaient affligés du qualificatif (gracieux entre tous) de "buso-boudins"

t. a dit…

ROFL

E. a dit…

@ alf et T.: j'me sens pas visée. Buso, oui mais boudin jamais ;-)

@ Estelle: je prends note du livre pour ma prochaine commande chez mamazone. Merci pour les encouragements pour ma fille, j'en prends aussi un peu pour moi, je sens que je vais en avoir besoin...

Lady Iphigenia a dit…

Je me souviens (vaguement) d'une époque où j'essayais d'être cool, et puis finalement je me suis dis que c'était trop con, j'avais beau essayer j'y arrivais pas...

Par contre après j'ai eu mon époque où je faisais tout pour être différente et originale, là j'étais vachement bonne (à mon avis).

Finalement, c'est beaucoup plus simple d'être soi-même. :-)

E. a dit…

Je suis entièrement d'accord avec toi , surtout quand soi-même est cool comme dirait ma fille ;-)