samedi 29 octobre 2005

..."Dia de los Muertos".

Autant j'ai des souvenirs abominables de la Toussaint en France, autant j'adore cette époque de l'année au Mexique.

En France c'est sinistre, en général gris et « brouillassoux ». Les visites de cimetières sont à pleurer (bon remarquez que ça doit bien faire 10 ans que je n'ai pas mis les pieds dans un cimetière et je ne m'en porte pas plus mal, bien au contraire), les décorations des tombes sont tristes et les gens aussi.

Au Mexique, c'est gai, coloré.
D'abord le climat est souvent parfait: la saison des pluies est terminée et il fait beau et doux... Ensuite il y a partout (dans les écoles, dans les supermarchés, les lieux publics et bien sûr dans les maisons) des "altares de muertos". Ce sont des petits autels, dressés en souvenir de morts. Il y a des papiers colorés découpés, des fleurs (qui ne sont pas les traditionnels chrysanthèmes) mais des soucis oranges, des fruits, des décorations en sucre, du "pan de muertos", des bougies, de l'encens, des crânes en sucre , des douceurs traditionnelles comme le "camote" (patate douce confite) ou le "piloncillo"(sucre brun mexicain souvent en forme de cône), parfois de la canne à sucre et des feuilles de maïs et une photo du mort que l'on veut honorer.




(image prise sur ce site car bien sur, en trois ans je n'ai pas pensé une seule fois à photographier un "altar de muertos"!)

Dans chaque ville il y a des "mercados de muertos"

mercado

mercado2


où l'on peut se procurer tous ce qui est nécessaire à l'élaboration de ces "altares de muertos" ainsi que des "petits cadeaux" que l'on s'offre entre amis...

cercueil

On trouve des squelettes un peu partout et sous toutes les formes:

ici sur l'escalier monumental de l'Université de Guanajuato:


universiteguanajuato


sur des affiches:

vousetesici

Comme Aguascalientes est la ville natale de Guadalupe Posada, chaque année il y a une cavalcade où les chars sont inspirés de ses gravures:

cavalcade

cavalcade1

cavalcade3


Les gens vont en famille dans les cimetières boire et manger « avec » leurs morts, parfois au son des "mariachis".

Finalement quitte à être mort, vaut mieux être un mort mexicain: au moins une fois par an c'est la fête!

7 commentaires:

jid a dit…

j'ai toujours aimé la sceen dans "inspecteur la bavure" où ils ouvrent le champagne sur la tombe du pere pour la reussite au examen du fils

E. a dit…

Je ne me souviens pas du tout de ce film!

alf!!! a dit…

ou même comme disais Brassens "à la grande rigueur ne pas mourir du tout"... Je rêve ou c'est le doigt de Dock???

danielle a dit…

Un crâne en sucre! et ça se mange?

E. a dit…

On n'a jamais essayé, mais a priori ça devrait se manger!

alizarine a dit…

jour des morts ? j'ADORE !!!

E. a dit…

Ca se fête aussi au Vénézuela?