mardi 7 février 2006

..."Chisholm Trail".


chisholm

Il y a quelque temps nous avons emmené les enfants voir la "cattle drive" de Fort Worth. Ce n'est bien sûr qu'une mise en scène pour touristes et qui ne correspond plus à rien, si ce n'est à maintenir le souvenir des vrais cow-boys, ceux qui accompagnaient des troupeaux de milliers de "longhorns" du Texas jusqu'au Kansas.

loghorn

longhorn

cattle

FW en effet était sur la fameuse "Chisholm Trail" (ou, plus exactement, sur l'une des nombreuses pistes qui y menaient), cette piste de transhumance de près de 1200 km de long du sud du Texas jusqu’à Abilene au Kansas.




(carte prise sur ce site sûrement passionnant mais qui a le gros défaut d'être en allemand!)

La Chisholm Trail porte le nom de Jesse Chisholm, un métis Cherokee/Ecossais qui avait construit plusieurs comptoirs commerciaux et qui sillonnait les Territoires Indiens (l'actuel Oklahoma) et le Kansas pour faire du commerce. Il n'aurait d'ailleurs jamais accompagné de bétail sur cette piste qui porte son nom.

Pendant la guerre de sécession, les Texans (sudistes) ne se sont pas ou peu occupé de gérer leur bétail qui s'est multiplié. Après la guerre les prix ont donc chuté à 4$ la tête alors que dans l’Est et le Nord du pays ils pouvaient atteindre 40$. Il fallait donc relier l'offre à la demande. Joseph G. McCoy construisit à Abilene, Kansas des parcs à bestiaux. Pourquoi Abilene? Tout simplement parce que c'était à l'époque le terminus des lignes de chemin de fer. Et de là, direction les abattoirs du Missouri ou de Chicago...

Mais il fallait rassembler le bétail et le faire marcher jusqu'au train! C'est là qu'intervenaient les cow-boys. Ils fonctionnaient en équipe de 15 à 20 personnes pour 2500 à 3000 bêtes. Le chef d'équipe recrutait une douzaine de cow-boys, un cuistot et son chariot et un "wrangler" (responsable des chevaux car apparemment on en profitait pour transporter aussi 100 à 200 chevaux par convois). Et tout ce beau monde parcourait une grosse douzaine de km par jour, parfois jusqu'à 15. Le trajet prenait donc plusieurs mois pendant lesquels les "longhorns" bêtes endurantes et résistantes s'il en est, trouvaient quand même le moyen d'engraisser!

trail

La Chisholm Trail a été empruntée dès 1867, mais ses heures de gloires se situent au début des années 1870. L'arrivée du train au Texas, une vingtaine d'année plus tard, a mis fin à cette belle aventure. En tout on estime que pas loin de 9 millions de bêtes ont suivi cette piste.

Il existe de très nombreux sites (curieusement très peu en français) sur ce sujet. Mais je n'en ai qu'un à vous recommander,
celui d'un passionné. Vous y trouverez absolument tout et même plus! Des photos, des cartes, des témoignages de cow-boys...

Maintenant il ne reste pratiquement plus rien, hormis la légende qui a donné naissance à de nombreux westerns dont le fameux "La rivière rouge" tiré d'un roman de Borden Chase "The Chisholm Trail".

Et une chanson de cow-boys...

♪♪The Old Chisholm Trail♪♪ (cliquez sur le titre pour l'écouter)

Come along boys and listen to my tale,
I'll tell you of my troubles on the old Chisholm trail.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

Oh, a ten-dollar hoss and a forty-dollar saddle,
And I'm goin' to punchin' Texas cattle.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

I wake in the mornin' afore daylight,
And afore I sleep the moon shines bright.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

It's cloudy in the west, a-lookin' like rain,
And my durned old slicker's in the wagon again.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

No chaps, no slicker, and it's pourin' down rain,
And I swear, by gosh, I'll never night-herd again.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

Feet in the stirrups and seat in the saddle,
I hung and rattled with them long-horn cattle.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

The wind commenced to blow, and the rain began to fall,
Hit looked, by grab, like we was goin' to lose 'em all.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

I don't give a darn if they never do stop;
I'll ride as long as an eight-day clock.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

We rounded 'em up and put 'em on the cars,
And that was the last of the old Two Bars.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

Oh, it's bacon and beans most every day,
I'd as soon be a-eatin' prairie hay.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

I went to the boss to draw my roll,
He had it figgered out I was nine dollars in the hole.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

Goin' back to town to draw my money,
Goin' back home to see my honey.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.

With my knees in the saddle and my seat in the sky,
I'll quit punchin' cows in the sweet by and by.

Come a ti yi yippee, come a ti yi yea,
Come a ti yi yippee, come a ti yi yea.



cattle1

10 commentaires:

sébastien a dit…

Intéressant. Et sert-on du longhorn dans les steakhouse texanes ou l'élève-t-on uniquement pour le tourisme?
Je n'en ai pas encore vu en Géorgie dans les restaurants classiques, il parait que c'est moins gras que le boeuf normal, entre le bison et le boeuf normal.

alf01 a dit…

j'aime bien les longhorns, je les trouve sympa, et puis ça change des taureaux charollais, et ça m'a remis en mémoire la visite du musée consacré au bétail à Fortworth.

danielle a dit…

Faut l'avouer, ils sont largement plus élégants que nos charollais!!
Merci pour ce post très instructif et très vivant!

E. a dit…

@ sébastien: Alors là, c'est la colle! Je n'ai jamais vu de longhorn dans les steakhouses où je vais (assez rarement, il faut bien l'avouer!). Peut-être dans les restaurants très haut de gamme? J'ai fait une recherche et je n'ai rien trouvé.

@ alf01 et danielle: Danielle et Alf: meuh qu'est-ce que avez contre les charollais? ;-)

t. a dit…

tres amoooooooooosant la petite chanson :O come a ti yi yea, Come a ti yi yippee yippee yea.

E. a dit…

J'étais certaine que tu allais aimer!

barballa a dit…

J'aime bien ce genre d'histoire. Moi c'est leur cornes qui m'impressionne!

Sinon dans le petit village où je vis maintenant: c'est possible de rencontrer un petit troupeau revenant à l'étable via la route... ça étonne la première fois!

E. a dit…

C'est sûr qu'en Europe on n'a pas l'habitude de voir de telles cornes.

francis a dit…

j'y étais.et c'est tres beau meme si c'est pour touriste.Vive le texas.

E. a dit…

C'est bien connu:"j't'ai emmenée partout!";-)