dimanche 19 février 2006

...Marseillaise texane.

J'ai vraiment des lecteurs sympas. Si, si. Certes ils ne laissent pas toujours de commentaires mais ils m'envoient des e-mails (courriels pour les puristes ;-)). Et me donnent ainsi des idées de posts.
J'ai ainsi reçu, il y a quelque temps, un message d'un lecteur occasionnel, tombé sur mon blog par hasard lors d'une recherche sur la Marseillaise aux Etats-Unis. Et il m'expliquait que la traduction trouvée sur le site de la Maison Blanche et dont je me moquais était en fait non pas la traduction de notre hymne national mais plutôt celle d'une des nombreuses versions sudistes qui ont existé au XIXème siècle.

Je vous donne ici la version texane (et oui le Texas faisait bien partie des états confédérés pendant la Guerre de Sécession) elle aussi chantée sur l'air de Rouget de l'Isle.

THE TEXAN MARSEILLAISE.

Sons of the South, arouse to battle!
Gird on your armor for the fight!
The Northern Thugs, with dread wars rattle,
Pour on each vale, and glen, and height;
Meet them as Ocean meets in madness
The frail bark on the rocky shore,
When crested billows foam and roar,
And the wrecked crew go down in sadness.
Arm! arm! ye Southern braves!
Scatter yon Vandal hordes!
Despots and bandits, fitting food
For vultures and your swords.

Shall dastard tyrants march their legions
To crush the land of JacksonLee ?
Shall freedom fly to other regions,
And sons of Yorktown bend the knee ?
Or shall their "foot-prints' base pollution"
Of Southern soil, in blood be purged,
And every flying slave be scourged
Back to his snows in wild confusion ?
Arm! arm! & c.

Vile despots, with their minions knavish,
Would drag us back to their embrace;
Will freemen brook a chain so slavish ?
Will brave men take so low a place ?
0, Heaven! for wordsthe loathing, scorning
We feel for such a Unions bands:
To paint with more than mortal hands,
And sound our loudest notes of warning.
Arm! arm! & c.

What ! Union with a race ignoring
The charter of our nations birth!
Union with bastard slaves adoring
The fiend that chains them to the earth!
No! we reply in tones of thunder
No! our staunch hills fling back the sound
No! our hoarse cannon echo round
No! evermore remain asuader!
Arm! arm! & c.

Vous noterez la violence des paroles: notre version parait édulcorée à coté!

Il existait aussi une "Southern Marseillaise", une "Virginia Marseillaise"...

Pourquoi utiliser l'air de la Marseillaise? D'abord parce qu'il est "gai, chic et entrainant" ;-) et efficace comme appel aux armes. Ensuite parce que les Sudistes voyaient dans leur cause une similarité avec la Révolution Française...Affaire de point de vue!

Je préfère cependant nettement la "Marseillaise Noire" écrite, en français, par Camille Naudin à la Nouvelle-Orléans en 1867, c'est-à-dire juste après la fin de la Guerre de Sécession.

7 commentaires:

danielle a dit…

J'ignorais qu'il existait autant de versions de la Marseillaise. J'ai toujours trouvé la nôtre très guerrière. "Qu'un sang impur abreuve nos sillons" m'a toujours été impossible à chanter.On devrait bien adopter" la noire" de Naudin.

alf01 a dit…

N'oublions pas dans la liste dres Marseillaises la version exotique de Pierre Desproge, je pense que tu t'en souviens

E. a dit…

@ danielle: J'imagine que changer d'hymne national, hors période de révolution, est pratiquement impossible.

@ alf01: Comment aurais-je pu oublier qu"Alonzo fait de la poterie, le jour de foire est arrivé..."

Ma version préférée reste tout de même "Aux armes etc..." du grand Serge.

barballa a dit…

J'apprends aussi ces moult versions! Et j'aime bien la marseillaise noire!

E. a dit…

S'il y avait encore des droits d'auteurs sur la Marseillaise les héritiers de Rouget de l'Isle ne seraient pas à plaindre!

marquette a dit…

Très amusantes, toutes ces versions de l'hymne national ! Je me permets de renvoyer à ce post sur mon blog, car franchement, j'ignorais tout de ces marseillaises texane, louisianaise, etc
S'agissant de La Marseillaise, la vraie, la nôtre, je pense qu'il faut éviter tout anachronisme dans la façon de la considérer : La Marseillaise correspond à une époque très particulière de notre histoire où l'Europe entière était coalisée contre une jeune et frêle République qui faisait trembler les régimes despotiques du continent. La France était attaquée de toutes parts, et La Marseillaise est forte à ce point parce qu'elle signifie que pour la première fois les Français vont se battre non pas en raison de quelque lubie de leurs souverains, non pas pour obtenir de quelconques conquêtes territoriales, mais pour défendre les valeurs de la Révolution, pour défendre leur famille. "La Marseillaise", c'est la levée en masse du peuple pour défendre sa liberté, pour proclamer la Liberté et les droits de l'homme pour tout le genre humain, c'est la France rassemblée pour faire face au danger venu de l'extérieur.
Ce n'est pas un hymne belliciste : les Français n'aiment pas la guerre. Mais ne pas être prêt à faire la guerre pour défendre sa liberté, alors oui, là, c'est ouvrir la porte à la barbarie.
Vous l'avez compris, pour moi, il ne faut rien changer à La Marseillaise ! A chaque fois, lorsque je l'entends, je ressens une profonde émotion. Il faut simplement l'expliquer, la faire partager, ainsi que le font les Américains avec leur hymne national.

E. a dit…

Waouh, encore un passionné de la Marseillaise!